II. Département de Génie Biochimique et Alimentaire

Présentation générale du département

Informations adminstratives

Directeur 

Didier Combes
Tél : 33 (0)5.61.55.33 (0)5 61 55 94 10/01
Fax : 33(0)5.61.55.33 (0)5 61 55 94 00
Mél :

Directeur des études 

Claude Maranges
Tél : 33 (0)5.61.55.33 (0)5 61 55 99 91
Fax : 33(0)5.61.55.33 (0)5 61 55 94 02
Mél :

Secrétariat 

Anne-Marie Vernet
Tél : 33 (0)5.61.55.33 (0)5 61 55 94 22
Fax : 33(0)5.61.55. 33 (0)5 61 55 94 00
Mél :

Coordonnateur ECTS 

Claude Maranges
Tél : 33 (0)5.61.55.33 (0)5 61 55 99 91
Fax : 33(0)5.61.55.33 (0)5 61 55 94 02
Mél :

Objectifs

Depuis 1969, l'I.N.S.A. de Toulouse forme des ingénieurs en Génie Biochimique et Alimentaire. Le concept de formation s'appuie sur une exigence de qualité et d'adaptabilité du futur ingénieur "biotechnologue" aux diversités de situations et de compétences qui lui seront demandées. Formé pour les bioindustries, il interviendra dans des domaines aussi variés que la Santé, l'Agroalimentaire, l'Environnement et trouvera sa place aussi bien en production, optimisation de procédés bioindustriels qu'en Recherche-Développement ou même en recherche fondamentale. Ceci est possible grâce à une conception de programmes associant une solide formation dans le domaine des Sciences de la Vie (Biologie, Biochimie, Microbiologie, Biologie Moléculaire, Enzymologie...) et dans le domaine des Sciences pour l'Ingénieur (Génie des Procédés, Génie Biochimique, Techniques d'extraction et de séparation).

L'Ingénieur biotechnologue du Département de Génie Biochimique et Alimentaire de l'INSA de Toulouse est donc capable d'appréhender les concepts de biologie moléculaire les plus modernes comme de maîtriser les concepts de thermodynamique et d'ingénierie sur de bonnes bases physico-mathématiques.

Le département peut assurer une telle formation grâce à une politique volontariste d'ouverture aux compétences extérieures universitaires et industrielles et d'une rigoureuse politique de recherche dans les domaines de la catalyse enzymatique, de la microbiologie, du génie génétique et du génie biochimique (le département est une Unité Mixte de Recherche du CNRS (UMR 5504) et une Unité Mixte de Recherche de l'INRA (UMR 792)).

Organisation du Cursus

L'ingénieur en Génie Biochimique doit être apte à maîtriser l'ensemble des méthodologies et procédés touchant à la conversion par voie biologique du matériel biotique ou non. A ce titre, il doit pouvoir concevoir de nouveaux procédés et optimiser leur fonctionnement, maîtriser la conception et la réalisation de nouveaux biocatalyseurs et calculer des réacteurs biologiques et des opérations unitaires d'extraction-purification.

L'enseignement qui fait une large place aux travaux pratiques est organisé sur 4 ans :

2 ans de pré-orientation : Ingénierie Chimique, Biochimique et Environnementale

La pré-orientation en Ingénierie Chimique, Biochimique et Environnementale (ICBE) vise à donner les connaissances de base nécessaires pour concevoir les catalyseurs biologiques (enzymes/micro-organismes), comprendre le comportement des espèces chimiques et les mettre en oeuvre dans des procédés physico-chimiques et/ou biologiques visant à produire des substances d'intérêt (aliments, carburants, cosmétiques, médicaments...) en transformant des matières premières solides, liquides ou gazeuses (amidon, pétrole, végétaux, eau...). La formation concerne la description du comportement des molécules, micro-organismes, cellules et enzymes et leur caractérisation. Elle concerne aussi la description des lois fondamentales de comportement des fluides (transfert de quantité de mouvement, de chaleur et de matière). Enfin, elle aborde la description d'une variété d'opérations ou d'appareils caractéristiques. Elle est complétée par une ouverture visant à présenter le contexte dans lequel ces données scientifiques seront utilisées dans la réalité industrielle. Un ensemble d'outils mathématiques et informatiques permettent de résoudre les problèmes relevant de la discipline. Des données en physique et instrumentations familiarisent à la commande et au contrôle des installations.

2 ans de Spécialisation : Génie Biochimique

La première année de spécialisation du Département Génie Biochimique et Alimentaire est destinée à compléter l'acquisition d'une double compétence : en Sciences de la Vie avec des enseignements de biochimie, biologie moléculaire, microbiologie, enzymologie... (40% de l'enseignement), et en Sciences pour l'Ingénieur avec des cours sur le génie biochimique, la mécanique des fluides, les transferts de chaleur et de masse, le génie des bioréacteurs (40% de l'enseignement). Des enseignements de langues et de sciences économiques et sociales (économie, gestion de l'entreprise,...) complètent la formation (20% de l'enseignement).

Durant la dernière année, les étudiants bénéficient d'une formation à la carte leur permettant de finaliser leur projet professionnel. Ainsi, ils peuvent choisir parmi six orientations à l'INSA :

Majeures Sciences de la Vie (SDV)
  

Génie Biomoléculaire, qui renforce le domaine Science de la Vie par un approfondissement de la biologie fondamentale;

Post-Génomique, qui se focalise sur les nouveaux outils et nouvelles méthodologies post-séquençage des génomes à des fins de production et d'utilisation de biopuces, d'analyse des transcriptomes, protéomes et métabolomes introduits par les technologies de rupture développées ces dernières années;

Majeures Sciences pour l'Ingénieur (SPI)
  

Bioprocédés, qui conduit à un approfondissement des connaissances en Sciences de l'Ingénieur en développant l'aptitude au calcul, à la modélisation, à la commande et à la conception des procédés biotechnologiques ;

Majeures à l'Interface SDV-SPI 

Microbiologie Industrielle, qui fait la synthèse des enseignements de SDV et SPI dans le domaine des procédés industriels utilisant des microorganismes;

Biocatalyse et bioconversion, qui initie à la conception et à la mise en oeuvre des catalyseurs biologiques performants;

Bioséparation, qui conduit au développement de technologies et procédés permettant une haute productivité en purification de protéines.

Ces orientations ont été créées de manière à "coller" le plus possible au marché de l'emploi en Biotechnologies. Elles sont donc susceptibles d'évoluer en fonction de ce marché. Cette dernière année, année de synthèse, est consacrée essentiellement à des projets d'étude et de dimensionnement de bioprocédés et à des expérimentations de longue durée sur des installations pilotes, par exemple sur la plate-forme d'essais du CRITT Bioindustries de l'INSA. Il est possible, pour certains étudiants de 5ème année, de suivre et d'obtenir le Master de recherche "Microbiologie et Biocatalyse industrielles". Dans ce cas, la dernière année de formation est complétée par la préparation d'un avant-projet de plus longue durée, portant sur un problème de recherche fondamentale ou appliquée, et par des enseignements spécifiques.

L'ingénieur en Génie Biochimique et Alimentaire bénéficie d'une bonne faculté d'adaptation lors de son embauche, grâce à son profil de biotechnologue pluridisciplinaire. Il se place aussi bien dans le secteur de la réalisation industrielle que dans celui de la Recherche et Développement, que ce soit dans le domaine de la Santé, de la Chimie fine, de l'Agroalimentaire ou de l'Environnement. 20% des diplômés rejoignent le Secteur public (Recherche fondamentale, Enseignement).